Où nous trouver ?
Nos lieux de vente
Abonnements
digital ou papier
Vous êtes ici : > >
★ Article gratuit ★

Asie

PIERRE ET ÉCUME DE LUNE

Sri Lanka

Compte tenu de l'importance que la lune revêtait pour nos ancêtres ainsi que de la ressemblance qu'ils entrevoyaient entre la pierre de lune et le satellite, la révérence qu'ils témoignaient à cette pierre ornementale est compréhensible.

La pierre de lune doit son nom, pour certains, à la lumière argentée, d'un blanc-bleuâtre qui danse comme par magie sur sa surface quand la pierre est taillée en cabochon. Pour d'autres, elle rappelle les reflets et la lueur de la clarté lunaire diffusée par les gaz et les poussières atmosphériques.

On croyait, dans l'Inde ancienne aussi bien qu'à Rome, que la pierre de lune avait été mystérieusement créée par les rayons de la lune. Elle est sacrée en Inde et porte le nom hindi de chandrakant, un terme dérivé du sanskrit chandra "lune" et kanta "aimé", ce qui signifie "aimé de la lune". A Ceylan, au XIe siècle, fut érigé un temple à la gloire de la pierre de lune et, d'après la légende, les marches de l'autel en étaient couvertes.

 

PIERRE DE LUNE OU PIERRE CHANDRAKANTHI

Cette appellation familière désigne un Feldspath de potassium, la plus connue des adulaires de fluorescence bleutée. En joaillerie, elle est classifiée dans "Pierres Fines" et comme l'orthose, elle est présente dans les roches plutoniques et métamorphiques et extraite dans plusieurs pays : Australie, Birmanie, États-Unis, Brésil, Inde, Madagascar, Tanzanie. Mais la plus convoitée, la plus rare et la plus chère au monde est celle que l'on trouve au Sri-Lanka pour ses chatoyances exceptionnelles et plus spécifiquement pour sa couleur bleue iridescente du genre papillon Morpho, liées à la structure cristalline du minéral.

 

En arrivant à Mitiyagoda, petit village situé dans le sud ouest de l'île dans la région de Galle, le regard est immédiatement attiré par des panneaux de toutes tailles aux couleurs vives et variées. Ils donnent la direction à suivre vers de nombreuses mines où l'on extrait les pierres de lune, ainsi que les points de vente. Mais en fait, il n'existe plus qu'une seule mine exploitée ici et uniquement dans le hameau de Domanwilla. Les 5 ou 6 autres mines existantes sont abandonnées depuis une centaine d'années mais toujours conservées dans l'unique intention de montrer et d'expliquer aux touristes de passage, où et comment on extrait la pierre de la roche et ainsi justifier et susciter un achat. La famille de Saman en est la parfaite illustration depuis quatre générations (www.samangems.com). Dans cette région, depuis deux mille ans on extrait la pierre de lune et à Mitiyagoda, l'exploitation, la taille, la vente de la gemme fournit quasiment le plein emploi à la communauté locale.

A Domanwilla, le soleil tape fort, très fort, mais malgré cela, je découvre une parcelle de terre d'environ 4 000 m², complètement détrempée par le pompage permanent de l'eau suintant au fond du puits situé à quelques mètres de moi sous un abri de fortune. Mon guide interprète explique les raisons de ma présence, ce qui laisse les travailleurs juste amusés mais pas curieux pour un sou ; je comprends que le travail doit continuer coûte que coûte !

 

la suite p. 122 du n°24 !

Partagez
Commentez

__Vous allez aimer aussi: